03 juin 2009

PROVOCATION ET AMERTUME PAR KAMEL CHIBLI (Désirs d'avenir) OU L'ECHEC TOTAL DE SARKOZY SUR LA SECURITE ET L'EDUCATION

Kamel Chibli, socialiste ariégeois et élu, spécialiste des questions des quartiers difficiles et de la sécurité :

Kamel Chibli invité du JT de France3 Toulouse - in extenso
Vidéo envoyée par segolene-royal

Kamel Chibli à la maison de la Chimie le 28 06 08
Vidéo envoyée par sandrinegarnaud

Désirs d'avenir, 28 mai 2009

"Le Président de la République nous annonce qu’il est d’accord comme son Ministre Xavier Darcos pour habiliter les personnels de direction des établissements scolaires à « faire ouvrir les cartables et les sacs » afin d'empêcher l'introduction d'armes par les élèves mais aussi à la mise en place de portique à l’entrée de nos établissements.

Pour lutter contre la délinquance, il a annoncé des « opérations coup de poing » dans 25 quartiers « rongés par la délinquance » Ces opérations se prolongeront « aussi longtemps qu'il le faudra », a-t-il promis.
Au Premier ministre, il a demandé de « réunir d'urgence tous les ministres concernés » pour mettre en place d'ici septembre un « plan de prévention de la délinquance et d'aide aux victimes »

Quel terrible aveu d'échec, pour celui qui est au pouvoir depuis 7ans et qui a été Ministre de l’Intérieur et aujourd’hui Président de la République et n’oublions pas qu’en 2007 il nous faisait la campagne électorale sur l’insécurité pour attirer les voix du Front National.

Le problème, c'est que la technique, on la connaît. C'est-à-dire qu'il y a des annonces en rafale pour saturer les médias, mais qu'en même temps, personne n'est dupe parce que ce sont des annonces qui, pour une bonne part, ont déjà été faites et sont sans lendemain. Il ne faut surtout pas oublier que Nicolas Sarkozy depuis 2002 agite le problème de l’insécurité comme prioritaire et vous constaterez qu’encore aujourd’hui rien n’a avancé et même pire, son gouvernement est responsable des problèmes d’insécurité dans notre pays.

Après une gestion provocatrice de la crise des banlieues et un manque de volonté flagrant de dialogue avec les jeunes, Sarkozy veut aligner le système judiciaire des mineurs sur celui des majeurs. Sans concertation avec les éducateurs et les psychologues, qui travaillent au plus près des jeunes délinquants, le Président veut même fouiller les cartables de nos enfants  et créer un sentiment d’insécurité généralisé.

Il est bien noté que le Président et son gouvernement affiche le problème de l’insécurité à 10 jours du vote pour les élections européennes. C’est choquant de voir comment le Président cherche à détourner l’enjeu des élections européennes, a se demander pourquoi ? Mais les Français ne sont pas dupes et ils vivent la crise au quotidien et la seule priorité du moment c’est du travail, de quoi manger et maintenir l’emploi dans ce pays, c’est celle là la véritable insécurité que nous vivons au quotidien.

Alors son discours sonne chez nous comme une certaine provocation et une certaine amertume, les français doivent juger sur l’action et non sur ses discours car cela fait 7 ans que l’on attend et entend les mêmes choses.

Force est de constater que la politique spectacle du Président est prédominante et que les discours devancent largement les actes.
Nous voyons au quotidien une généralisation des contrôles d’identité, obligation pour les travailleurs sociaux de communiquer leurs informations, la volonté du gouvernement de créer une société de la surveillance, de la culpabilisation et de la délation. Tout cela est inacceptable et nous devons le faire savoir et le combattre.

La technique manifeste du bouc émissaire qu’utilise en permanence le Président de la République est très bien illustrée dans son discours du 28 Mai 2009.

Au lieu de renforcer les pouvoirs préventifs et répressifs en place, comme par exemple la police de proximité, il cherche à mettre sous pression les forces de l’ordre avec plus de chiffre, plus de résultat.
Alors même que la police de proximité s’est avérée être parfaitement efficace dans les zones les plus difficiles, Sarkozy en décide autrement.

Dans les quartiers les plus difficiles comme dans les établissements scolaires les plus difficiles, les choses ne changent pas malgré la fermeté verbale sans cesse réaffirmée par Nicolas Sarkozy. Ou sont les moyens ?

Ce qui est certain c’est que la situation sur le terrain se dégrade de jour en jour, avec des actes de violence extrêmes et face à cela, ce qu'on entend (...) c'est des discours et pas des actes, et cela devient relativement insupportable pour les Français, ce discours, on l'a entendu des dizaines de fois et toujours rien.

Il ne faut pas s’y tromper le Président comme à son habitude cherche à brouiller les pistes et à occulter l’enjeu des Européennes qui est majeur et décisif pour les prochaines années.

A vouloir attiser les flammes et à mettre de façon systématique les français les uns contre les autres ils créent un sentiment d’insécurité généralisé.

Je pense que le Président devrait plutôt s’occuper des usines qui ferment, des ouvriers qui perdent leurs emplois, des familles en grande souffrance, car en Ariège nous sommes bien placés pour parler de la crise notamment quand on voit les conséquences dans le bassin du  dans le Pays d’Olmes."

Le communiqué originel

Commentaires sur PROVOCATION ET AMERTUME PAR KAMEL CHIBLI (Désirs d'avenir) OU L'ECHEC TOTAL DE SARKOZY SUR LA SECURITE ET L'EDUCATION

Nouveau commentaire